( 31 mars, 2008 )

Les peintures sur la guerre de 1870 (10)

« La charge de Mosbronn » d’Edouard Detaille

chargedemosbronn.jpg

 

( 31 mars, 2008 )

Les uniformes de l’armée prussienne (5e partie): L’artillerie de ligne,le génie, le train, etc.

L’artillerie de ligne

artilleursprussiens.jpg

bataillespicheren55.jpg

image03973.png

Uniformes : Casque d’artillerie modèle 1867 identique à celui de l’infanterie, mais présentant une boule à la place de la pointe ; la jugulaire est constituée d’écailles bombées alors que celles de l’infanterie sont plates. L’aigle est celui de l’infanterie. La tunique bleu foncé du modèle général ferme comme celle de l’infanterie par huit boutons de laiton. Col et parements (dits brandebourgeois) sont noirs passepoilés de rouge pour les artilleurs à pied. Les épaulettes sont rouges avec le numéro du régiment en jaune. Les galons sont aussi sur le col sous la forme d’un gros bouton. Les parements suédois et le pantalon basané désignent les hommes des batteries à cheval. Le manteau est gris-noir avec deux morceaux d’étoffe noire sur le col et des épaulettes bleu foncé passepoilées de rouge avec le numéro en jaune. L’équipement est blanc. L’artillerie est armée de sabre modèle 1848, version allégée du modèle 1808.

Artilleur en casquette

partillerie.jpg

Soldat du Génie

bataillespicheren59.jpg

Le Train

offizierdostprtrainbatlsnr1.jpg

Les services de Santé

stabsarzt1870.jpg

( 31 mars, 2008 )

Les uniformes de l’armée prussienne (4e partie) : les cuirassiers

Les cuirassiers de la cavalerie de ligne

wp5df537d1.gif

Il y avait huit régiments de cuirassiers plus deux régiment dont un de Garde du Corps dans la Garde. Les régiments étaient à quatre escadrons. Le cinquième était laissé en dépôt.

wp510ee3f3.jpg

L’uniforme : Le casque, modèle 1867, est en tombac avec garnitures blanches. L’aigle est celui de la ligne, mais en maillechort, la cocarde prussienne est portée à droite. La cuirasse est en acier cloutée de laiton. Les épaulières sont recouvertes d’écailles de laiton. En haut de l’épaulière gauche, se trouve une aiguille de laiton permettant le maintien de la banderole. La ceinture de cuir noir à boucle jaune solidarise le bas des deux demi-cuirasses. Officiers et sous-officiers avaient une cuirasse recouverte de feuilles de laiton comme la Garde. Les épaulières dans ce cas étaient constituées d’anneaux de laiton et non plus d’écailles. La tunique (Koller) est entièrement blanche. Chaque régiment à une couleur distinctive. Certains régiments comme le régiment de Brandebourg – Empereur Nicolas 1er de Russie n°6 – porte un monogramme sur les pattes d’épaule. Les boutons sont jaunes. Le pantalon est gris foncé passepoil rouge ou entièrement blanc, et il est chaussé des hautes bottes style dit « vieux Brandebourgeois ». Il est armé du sabre (Pallasch) modèle 1819 et la couronne de la dragonne indique l’escadron. Le tapis de selle est de la même couleur de la distinctive du régiment en général.

Les couleurs distinctives de chaque régiment de cuirassiers

Garde du Corps : rouge ponceaurot ; boutons argentés

Cuirassiers de la garde : bleu lila ; argentés

Régiment n°1 (Leibkürassier-Regt) : noir ; or

Cuirassiers de Poméranie n°2  : rouge profond ; argentés

Cuirassiers de Prusse orientale n°3 : bleu clair ; argentés

Cuirassiers de Wesphalie n°4 : rouge clair ; argentés

Cuirassiers de Prusse occidentale n°5 : rose-rouge ; or

Cuirassiers de Brandebourg n°6 : bleu russe ; or

Cuirassiers de Magdebourg n°7 : jaune ; argentés

Cuirassiers de Rhénanie n°8 : vert clair ; or

westprkrrgtnr5.jpg pcuirassier1.jpg

Régiment n°5 et 1

krrgtnr71870.jpg krvwestflkrregnr4.jpg

Régiment n°7 et 4

rittmvkrrgtkniginpommnr21870.jpg

Régiment de Poméranie n°2

Charge de cuirassiers  sur un convoi de ravitaillement français pendant la guerre de 1870 (tableau d’Edouard Detaille)

untitled.bmp

54154

Gefreiter d. 2. Schweren Res.-Reit.-Rgts.

gefreiterd2schwerenresreitrgts1870.jpg

( 31 mars, 2008 )

Les peintures sur la guerre de 1870 (9)

« La charge de Reichshoffen » d’Aimé Morot

reichshoffen.jpg

( 30 mars, 2008 )

Les uniformes de l’armée prussienne (3e partie): les jägers de la ligne

Voici deux planches couleurs sur les jägers de l’armée prussienne.

jaegersn8.jpg

Jäger du bataillon n°8

jaegersn2.jpg

Officier du bataillon n°2 

Tunique verte foncée avec les épaulettes, le col et le bas des manches de type « suédois » rouges. Boutons dorés. Huit sur le devant, trois sur chaque manche et six à l’arrière. Le numéro du bataillon sur chaque épaulette était en jaune. Les officiers étaient distingués à l’aide d’épaulettes tressées argentées. Le manteau était  gris-noir avec des boutons dorés et deux morceaux d’étoffe rouge sur le col. Les épaulettes étaient vertes foncées passepoilées de rouge avec le numéro en jaune sur le manteau. Celui des officiers était noir avec un col rouge passepoilé de vert foncé. Le pantalon était gris-noir passepoilé de rouge. Des bottes courtes furent introduites en 1866. La shako en cuir noir portait une plaque frontale avec l’inscription « MIT GOTT FÜR KÖNIG UND VATERLAND ». Les bataillons n°1, 2, 5 et 6 portaient l’aigle des vieux grenadiers et le monogramme « FWR ». Les bataillons n°3, 4, 7, 8, 9, 10 et 11 portaient l’aigle de l ligne avec le monogramme « FR ». Tous avaient la cocarde nationale la garde aussi. La casquette était verte foncé passepoilée de rouge, noir pour les Schützen. L’équipement était en cuir noir, celui des officiers aussi. 

Ils étaient tous armés du fusil rayé à chargement par la culasse Dreyse M1865 avec sa baïonnette. La dragonne était verte pour les soldats, argentée pour les sous-officiers. Les officiers avaient un sabre et un révolver. 

( 30 mars, 2008 )

L’infanterie prussienne (2e partie): les officiers

Voici quelques planches couleurs sur les officiers d’infanterie de ligne.

secondleitenantfsilrgtnr38.jpg

Secondleitenant du régiment de fusiliers n°38

secleutvomfsbatldes1ostprgrenrgtskronprinz.jpg

Secondleitenant du régiment de grenadiers Kronprinz

infrgtnr30hauptmann.jpg

Hauptmann du régiment d’infanterie n°30

infrgtnr68feldwebel.jpg 

Feldwebel du régiment d’infanterie n°68

A remarquer: Les marques de grade sur les épaulettes ou le col, la ceinture, les décorations, les gants blancs, le pistolet et les jumelles.

 

 

( 30 mars, 2008 )

Les uniformes de l’armée prussienne : L’infanterie de ligne

Le grenadier

Casque modèle 1867 avec l’aigle de la ligne (monogramme FR sur la poitrine de l’aigle et banderole classique). Le texte en est toujours le même dans les régiments prussiens : « Mitt gott für koenig und vaterland ». Pour les « vieux régiments », l’aigle est avec un écusson ovale, un monogramme FWR sur la poitrine et une banderole patriotique particulière. Sur la tunique, la couleur distinctive est le rouge pinceau. On la retrouve sur le col, les parements et les passepoils. Les pattes d’épaule des tuniques sont de couleurs différentes pour chaque régiment et le numéro du régiment apparait sur celle-ci. Certains régiments présente la particularité d’arborer à la place du numéro, un monogramme. Les parements – dits « bandebourgeois » – sont droits avec une patte verticale fermée par trois boutons. Tous les boutons sont jaunes. Le 1er et 2e bataillons des régiments de granadiers portent des équipements blanc, ceux du 3e sont noirs. Les marques de grade pour les hommes du rang apparaissent sur le col : deux petits boutons « à l’aigle » (figure 1). L’armée prussienne étant constituée de conscrit, certaines pattes d’épaule sont entourées d’un cordonnet blanc et noir indiquant un « volontaire d’un an » (figure 2 et 3).  Les pantalons sont toujours gris-noir très foncé à passepoil rouge. Le manteau gris noir très foncé est porté en sautoir. Les deux grenadiers et tambour sont en tenue d’hiver (figure 4, 5 et 6). La casquette est souvent portée à la place du casque.

Couleurs des épaulettes et du passepoil du bas des manches dans chaque corps d’armée.

I corps d’armée

RI n°1, 3, 4, 5, 33, 41, 43, 44 et 45 : blanc/blanc

II corps d’armée

RI n°2, 9, 14, 21, 34, 42, 49, 54 et 61 : blanc/pas de passepoil

III corps d’armée

RI n°8, 12, 20, 24, 35, 48, 52, 60 et 64 : rouge/blanc

IV corps d’armée

RI n°26, 27, 31, 36, 66, 67, 71, 72, 93 et 96 : rouge/pas de passepoil

V corps d’armée

RI n°6, 7, 18, 19, 37, 46, 47, 58 et 59 : jaune/blanc

VI corps d’armée

RI n°10, 11, 22, 23, 38, 50, 51, 62 et 63 : jaune/pas de passepoil

VII corps d’armée

RI n°13, 15, 16, 17, 39, 53, 55, 56 et 57 : bleu ciel /blanc

VIII corps d’armée

RI n°25, 28, 29, 30, 40, 65, 68, 69 et 70 : b/bleu ciel /pas de passepoil

IX corps d’armée

RI n°75, 76, 84, 85 et 86 : blanc/jaune

X corps d’armée

RI n°73, 74, 77, 78, 79 et 91 : blanc/bleu ciel

XI corps d’armée

RI n°32, 80, 81, 82, 87, 88, 94 et 95 : rouge/blanc

prucorps.jpg

prusse58.jpg

figure n°1 : sergent du régiment de grenadiers n°58

frgtnr28.jpgprusse14.jpg

Figure 2 et 3 : « Volontaires d’un an » du régiment de grenadiers n°28 et 14

prusse13.jpg prusse10.jpgprusse53.jpg

figure 4, 5 et 6 (Régiment n°13, 10 et 53)

12508920_437455433119815_1481167848840511319_n

Ils sont armés du fusil rayé à chargement par la culasse Dreyse modèle 1862 ou 67 accompagné de la baïonnette du même modèle. La couleur centrale de la dragonne dépendait du bataillon : 1e blanc, 2e rouge et 3e jaune. Les deux extrémités de la compagnie : 1er blanche, 2e rouge, 3e jaune et 4e bleu ciel.

Les fuisliers

Même uniforme sauf que l’équipement est noir dans les régiments de fusiliers. Ils sont armés du fusil « de fusiliers » modèle 1860.

magdeburgischenfsrgtnr36.jpgfsiliervombrandenburgischenfsilierregtnr35.jpgprusse26.jpg

Régiment de fusiliers n°36, 35 et 26.

La Landwehr ou « seconde ligne »

landwehrzt71.jpg

La landwehr était reconnaissable à son chapeau. Elle était armée du M1867.

( 29 mars, 2008 )

Ouvrages en français sur la guerre de 1870

Voici le titre d’un ouvrage intéressant:

Jean-François Lecaillon

« Les Français et la guerre de 1870″

Bernard Giovanangeli Editeur

( 29 mars, 2008 )

Les peintures sur la guerre de 1870 (8)

Le repos après la bataille du Bourget d’Alphonse de Neuville.

til15neuville001f.jpg

A remarquer: l’uniforme des régiments « de marche », des mobiles, les guêtres rouges des zouaves, le manteau de simple soldat porté par les officiers et le spahi.

 

( 29 mars, 2008 )

L’infanterie prussienne: formations, tactiques,…

1234
Page Suivante »
|