( 5 avril, 2008 )

Les uniformes de l’armée prussienne : l’infanterie de la ligne (suite), le génie et les généraux

Voici encore quelques planches sur l’infanterie de la ligne.

777

bataillespicheren65.jpg

musketiervom7pommerischeninfanteriergtnr54.jpg

Musketier vom 7. Pommerischen Infanterie-Rgt. Nr. 54

infrgtnr46.jpg

Inf.-Rgt. Nr. 46

grenv4ostprgrenrgtnr5.jpg

Gren. v. 4. Ostpr. Gren.-Rgt. Nr. 5

fsrgtnr39.jpg

Füs.-Rgt. Nr. 39

4magdeburgischeninfrgtnr76.jpg

Magdeburgischen Inf.-Rgt. Nr. 76

2westprnr7.jpg

Westpr.Nr. 7

Le génie

pionniers.jpg

Les généraux

Prinz Friedrich Karl

stm3003.jpg

Otto von Bismarck

stm3002.jpg

Kaiser Wilhelm

stm3001.jpg

Friedrich Franz II von Mecklenbourg-Schwerin

stm3006.jpg

Kronprinz Albert später König von Sachsen (Saxe)
stm3005.jpg

 

( 5 avril, 2008 )

Les uniformes des armées alliées de la Prusse (3): Le duché du Brunswick

Le contingent du Brunswick était constitué : du régiment d’infanterie formé avec le Leib-bataillon  et 2 bataillons de fusiliers appélé « le régiment (ducal du Brunswick) n°92″ après son incorporation dans l’armée prussienne, d’une batterie d’artillerie (canons en acier rayé à chargement par la culasse de 6) attachée au régiment n°10 (Hanovre) de  la 20ème division d’infanterie du X corps d’armée et d’un régiment de hussards (n°17)affecté à la 13ème brigade de cavalerie de la 5ème division.

Même si le contingent du  Brunswick fut armée et équipé par la Prusse, Le duché refusa d’adopter l’uniforme prussien et défensit la splendeur de ses uniformes.

L’infanterie

brunwuck.jpg

sergeantdesbraunschwleibbatls1870.jpg

La cavalerie

Les hussards

maitrisre009.jpg

Colback de phoque noir, modèle 1867 avec flamme rouge. La banderole porte l’inscription : « Peninsula – Sicilien – Waterloo ». La cocarde (Feldezeichen) est jaune à centre bleu clair. La tunique (Attila) est entièrement noire, ornée de tresses de chaque côté et aux parements, un galon doré. Autour de la taille, la classique ceinture des hussards en fil bleu clair est à trois rangées de coulants blanc.  Pantalon noir à passepoil rouge. Sabre de cavalerie prussienne modèle 1852, avec dragonne de cuir noir et carabine de cavalerie modèle 1857. L’harnachement est semblable à celui de la cavalerie prussienne, cependant la schabraque toute noire n’est pas bordée de dents de loup, mais d’un large galon jaune. A l’arrière elle est décorée d’un « W » couronné de tissu jaune. La couronne jaune est décorée de points blancs sur le bandeau et les arceaux, et l’intérieur est rouge.

18949.jpg

On aperçoit un hussard en haut à gauche.

offizierdesbraunschwleibbatls1970.jpg

Leib-bataillon

L’artillerie

kanonierderbraunschwartillerie1870.jpg

Voir  aussi la planche dans l’Osprey « German Armies 1870-71 (2) Prussia’s Allies

( 5 avril, 2008 )

Les peintures sur la guerre de 1870 (15)

Voici une peinture de Grolleron « escarmouche »

escarmouche.jpg

 

( 4 avril, 2008 )

Les peintures sur la guerre de 1870 (14)

Voici une peinture de Grolleron intitulée « Combat dans les rues d’un village, 1870″

combatderue.jpg

 

( 4 avril, 2008 )

Les uniformes des alliés de la Prusse (2): Le royaume de Wurtemberg

888

Après la guerre de 1866, le royaume de Wurtemberg reconnut officiellement la confédération du nord et signa un traité d’alliance secrète avec la Prusse. Son armée se réorganisa sur le modèle prussien. Le 12 mars 1868, la conscription était mise en place. Le service dans l’infanterie était de deux ans et de trois ans pour la cavalerie et l’artillerie. La division wurtembourgeois était sous le commandement de la Prusse. Le Wurtemberg rejoindra le confédération du nord le 15 novembre 1870.

L’infanterie

ersteschlachtbeivillierschampignyam30november1870.gif

Il y avait huit régiments de ligne et trois bataillons de jägers.

La tunique avec une double rangée de huit boutons argentés était bleu foncé avec le col, les parements et les passepoils rouges, verts pour les jägers. Le colle était orné de chaque côté de pattes  de drap àla couleur du régiment : blanc (1e rgt « Reine Olga »), noir (2e), orange (3e), vert (4e), bleu clair (5e), bleu (6e), rouge sombre (7e) et jaune (8e). Le numéro du régiment en bleu foncé sur les épaulettes. Le pantalon était gris-noir passepoilé de rouge. La capote était gris-moyen avec le  même col orné de pattes, parements et passepoils rouge et le numéro du régiment en noir. L’infanterie portait une casquette passepoilée de rouge, vert pour les jägers.

18702.gif

knoe0426.jpg

image01144.png

 

981e86_db410207b0e54959baa7791cfd2ce771

gemeinerdes4infrgts1870.jpg

Rg n4

infanterien518702.jpg

Soldat en capote

1870n32.jpg

Tambour

majordes1infrgtskniginolga.jpg

Major

Les jägers

C’était le même uniforme que la ligne sauf la couleur verte des distinctions et le numéro du bataillon en noir. Les jägers avaient aussi une fourragère verte.

jager2.jpg

La cavalerie

Régiment de Cavaliers (Reiter)

Il y avait seulement trois régiments à trois escadrons (676h) pendant la guerre de 1870. Le 2e n’avait que deux escadrons.

La tunique avec une double rangée de huit boutons jaunes était bleu foncé avec le col, les parements et les passepoils rouges, verts pour les jägers. Le colle était orné de chaque côté de pattes  de drap àla couleur du régiment : bleu clair (1e rgt « Roi Karl »), jaune (2e « Prince Frédéric de Wurtemberg ») et rouge (3e « Roi William »), . Le numéro du régiment en bleu foncé sur les épaulettes. Le pantalon était gris-noir passepoilé de rouge. La capote était gris-moyen avec le  même col orné de pattes, parements et passepoils rouge et le numéro du régiment en noir. Les boutons étaient jaunes. Le casque était du modèle prussien dragon 1860 avec la cocarde nationale et une plaque spécifique.

reiterofficier18702.jpg

3reiterregiment.jpg

L’artillerie

L’uniforme était le même que l’infanterie mais avec les distinctions du col en noir et le képi.

artilleur2.jpg

schottberennungvonlichtenberg.jpg

Le général

gnral3.jpg

 

 

( 3 avril, 2008 )

Les peintures sur la guerre de 1870 (13)

La bataille de Champigny d’Alphonse de Neuville

panoramabatailledechampigny.jpg

 

( 3 avril, 2008 )

Les uniformes des alliés de la Prusse : Le grand duché de Bade

L’armée badoise

Le 17 août 1866, le grand duché de Bade et les états du sud signèrent avec la Prusse un traité d’alliance secrète et il intégrat non-officiellement la confédération des états du nord. Il adopta à cette occasion le système militaire prussien. Le contingent badois était constitué de six régiments d’infanterie répartis en trois brigades, d’une brigade de cavalerie à trois régiments de dragons, d’une brigade d’artillerie, de deux compagnies d’ingénieurs et d’une compagnie du train.

L’uniforme de l’infanterie badoise était identique au modèle prussien sauf la cocarde nationale et la plaque sur le casque, le col et les épaulettes aux couleurs des régiments. Le (1er)  Life grenadier régiment avait un col « suédois »et les parements rouges avec deux lacés blancs. Le épaulettes étaient blanches avec une couronne rouge (fig 1). Le 2e avait un monagramme rouge « WR » avec une couronne sur les épaulettes.  Celles du 3e étaient rouges, celles du 4e étaient jaune pale, celle du 5e étaient bleu clair et celle du 6e étaient vert clair. Le numéro du régiment était rouge pour le 4e, 5e et le 6e ; jaune pour le 3e. C’étaient les mêmes sur les capotes gris-noir. Les boutons des capotes étaient jaunes.

garde1870.jpg

1er Life (Leib-) Grenadier regt (Fig 1)

 dragon1870.jpg

Dragon du 2e régiment 

La veste des dragons était bleu clair avec huit boutons argentés et trois boutons de chaque côté dans le dos. Le col, les épaulettes et les parements étaient de la couleur du régiment: rouge pour le 1er, jaune pour le 2e, noir pour le 3e. Le (1er) Life dragon regt avait des couronnes jaunes sur les épaulettes. Celles du 3e étaient entourées de rouge. Le casque était du même que le prussien. C’étaient les mêmes pour les capotes. Les boutons des capotes étaient argentés.

  louisbraunwc3bcrttembergischedragoner.jpg

Artillerie badoise

L’uniforme était le même que le prussien sauf la cocarde et l’aigle sur le casque.

badena.jpg

( 3 avril, 2008 )

Les batailles de la guerre de 1870

Période impériale 

 

Invasion de l’Alsace

Bataille de Wissembourg (4 août).
Bataille de Froeschwiller-Woerth-Reishoffen (6 août).

Invasion de la Lorraine

Combat de Sarrebrück (2 août).
Combat de Forbach-Spicheren (6 août).

Metz

Bataille de Borny (14 août).
Bataille de Rezonville/Mars-la-Tour/Gravelotte (16 août).
Bataille de Saint-Privat (18 août).
Blocus de l’armée Bazaine dans Metz (18 août au 27 octobre).
Reddition de Metz (27 octobre).

Sedan

Bataille de Beaumont (30 août).
Bataille de Sedan (1 et 2 septembre). 

Période de la Défense Nationale 

Siège de Paris (19 septembre au 29 janvier)

Bataille (sortie) de Champigny (30 novembre au 2 décembre).
Bombardement de Paris (à partir du 5 janvier).
Bataille (sortie) de Buzenval (19 janvier).
Reddition de Paris (29 janvier).

Période républicaine 

Opération de la première Armée de la Loire

Bataille de Coulmiers (9 novembre).
Bataille de Beaune-la-Rolande (28 novembre).
Bataille de Loigny (2 décembre).

Opérations de la seconde Armée de la Loire

Bataille de Beaugency (7 au 10 décembre).
Bataille du Mans (10 et 11 janvier).

Opérations de l’Armée du Nord

Bataille de Bapaume (3 janvier).
Bataille de Saint-Quentin (18 janvier).

Opérations de l’Armée de l’Est

Bataille d’Héricourt (15 au 17 janvier).
Retraite de l’Armée de l’Est en Suisse (2 février). 

( 3 avril, 2008 )

Les uniformes de l’armée prussienne (9):la Garde

L’uniforme était le même que la ligne sauf le col rouge passapoilé de bleu marine décoré de deux lacets blancs de chaque côté. Les boutons étaient argenté pour le 1er régiment et les fusiliers de la Garde, or pour le 2e, 3e et 4e régiment. Les manches de type « suédoise » avec deux lacets blancs. Les épaulettes étaient blanches pour le 1er régiment avec le monogramme gothique « A » rouge, rouge pour le 2e avec le monogramme gothique « F » jaune, jaune pour le 3e avec le monogramme gothique « E » rouge, bleu ciel pour le 4e avec le monogramme gothique « A » rouge et jaune pour les fusiliers. Celles des officiers étaient or ou argent et les boutons allaient avec. La tunique étaient la même que les soldats. Les quatre régiments de grenadiers avaient le bas de manches rouge de style « brandebourg » avec la barre verticale bleu marine. Il n’y avait pas de lacets sur le col du manteau.

Officier de régiment de grenadiers de la Garde

das4gardegrenadierrgtknigin.jpg

Régiment de fusiliers de la Garde

dasgardefsilierrgtfsilier1870.jpg

Gefreiter du bataillon Schützen de la Garde

gefreitervomgardeschtzenbataillon.jpg

Les jägers de la Garde 

La même chose que la ligne sauf que les épaulettes n’avaient pas de numéros. Deux lacets jaunes (Litzen) de chaque côté décoraient le col et les manches. Les officiers avaient aussi deux lacets dorés sur le col et les manches. Le col du manteau avait aussi deux lacets jaunes entourés de rouge. 

Les Schützen (Rifle) de la Garde 

La même chose que la ligne sauf que le col était noir passepoilé de rouge avec deux lacets jaunes. Le bas des manches de type « brandebourg » était noir passepoilé de rouge. La partie avec les trois bouton est verte foncée passepoilée de rouge. Les officiers ont seulement des lacets sur le col. Le col du manteau avait aussi deux lacets jaunes entourés de noir. 

Les épaulettes du manteau étaient rouges avec un insigne pour la Garde. La plaque du shako de la Garde était une étoile d’argent 

Les gants étaient verts pour les hommes et blancs pour les officiers. 

Ils étaient tous armés du fusil rayé à chargement par la culasse Dreyse M1865 avec sa baïonnette. La dragonne était verte pour les soldats, argentée pour les sous-officiers. Les officiers avaient un sabre et un révolver. 

Premier-Leutnant de régiment de Landwehr de la Garde

 premierleutnantvom1gardelandwehrregiment.jpg

Les quatre premiers régiments de la Garde étaient armés du fusil Dreyse rayé à chargement par la culasse M1862. Les quatres autres était du modèle 1841 et le régiment de fusiliers le M1860 (plus court et sans baïonnette).

Artilleur de la Garde

La même chose que la ligne sauf que les revers qui sont dits suédois. Deux lacets jaunes (Litzen) de chaque côté décoraient le col et les manches. Les officiers avaient aussi deux lacets dorés sur le col et les manches. Le col du manteau avait aussi deux carrés noirs et des épaulettes rouges.  La cartouchière portait  le monogramme FWR et l’étoile d’argent de la Garde.

gardeartilleur1.jpg

Pionier de la Garde

 pioniervomgardepionier.jpg

La cavalerie de la Garde

Ulhan de la Garde

 ulhangarde.jpg

Hussard de la Garde

hussardgarde.jpg 

image00132.png

Dragon de la Garde

Même uniforme que la ligne sauf que le col est passepoilé de bleu bleuet des champs. Le col et le bas des manches a deux lacets argentés ou or en fonction de la couleur des boutons. Cartouchière avec l’étoile de la Garde. L’équipement du cheval est le même que la ligne sauf qu’il y l’étoile de la Garde sur l’arrière du sabretache.

dragongarde.jpg

Les cuirassiers de la Garde et les Gardes du Corps

Même uniforme que la ligne sauf les deux bandes de la couleur du régiment alternées de blanc sur le devant et le derrière de la tunique sont plus épaisses dans la Garde. Les régiments de la garde avaient un lacet blanc sur le col et deux sur le bas des manches. Le manteau est gris-noir avec un morceau d’étoffe sur le col à la couleur du régiment. Celui du n°6 est rouge avec les monogrammes comme le n°1. Le paletot des officiers est gris-bleu avec un col bleu foncé, rouge pour la garde. Les deux régiments de la Garde portent un casque avec l’étoile d’argent de la Garde et un petit aigle au centre surmonté de la devise « SUUM CUIQUE ». Les trompettes n’ont pas de cuirasses comme dans la ligne. Les cartouchières portaient différents ornements en fonction du régiment. La tête de la dragonne est blanche pour le 1er escadron, rouge pour le 2e, jaune pour le 3e  et bleu clair pour le 4e come pour la ligne. Pour les Gardes du Corps, 1er escadron blanc, le 2e noir, le 3e rouge et le 4e rouge avec des lignes blanches.

( 2 avril, 2008 )

Les peintures sur la guerre de 1870 (12)

Voici un tableau d’Edouard Detaille sur la bataille de Champigny (30 novembre 1870).

.bmp

1...1920212223...25
« Page Précédente  Page Suivante »
|